Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 21:41

Vivre-20libre.jpeg 

Vivre libre est le deuxième film de la période américaine de Jean Renoir: dans la filmographie du cinéaste français, ce film n'est pas seulement l'un des ses plus méconnus, mais aussi et surtout l'un des plus décriés. En effet, il fut hué lors de sa sortie, notamment pour un soi-disant regard maladroit sur la résistance. En réponse à ce déferlement d'injures, Renoir, dépité, ne put qu'admettre à demi-mots qu'il n'avait pas réussi à se faire comprendre. 

Toute cette mésestime envers le film est paradoxalement (et d'autant plus injustement) à l'image de sa qualité: immense. Le récit développe, paisiblement, sans fausses notes mais sans génie ni intensité, un cadre historique, une galerie de personnages. Peut-être la maladresse de Renoir fut de tourner ce film en anglais alors que l'action se déroule évidemment en France (et ce, même si le cinéaste ne renseigne pas sur le lieu, laissant planer un doute somme toute inutile). En tout cas, rien, dans cette histoire classique, policée et un peu molle ne laissait présager ce qui allait suivre. La voie que prend le récit dans la dernière demi-heure est un choc cinématographique que l'on se prend en pleine figure: c'est d'autant plus époustouflant que la surprise est totale. Dans Vivre libre, tout le contenu, toute la substance, tous les enjeux, toute l'intensité émotionnelle, sont concentrés dans cette dernière partie. Du statut de banal film historique, le film de Renoir se transforme en un chef-d'oeuvre sur la grandeur de l'homme. Comment, par l'enchevêtrement des événements, l'aléa des circonstances, un être humain plus que médiocre, se transforme en grand homme. Comment un homme lâche et timide, empêtré dans un cadre protégé et hypocrite (la figure maternelle,...), se révèle, se découvre, se lève contre l'injustice, la tyrannie, la trahison, et achète sa liberté au prix de sa vie: il ne veut plus se taire, il veut dire les choses telles qu'elles sont, abattre l'hypocrisie, acceptant ainsi de mourir pour la vérité, pour lutter contre l'oppression. Le long monologue final, monument de concision, de rythme et de beauté lyrique, apparaît ni plus ni moins comme l'une des plus belles scènes du Septième Art: elle amène à réfléchir sur la dualité de l'homme, l'opportunisme, la lâcheté et le courage, toutes ces notions qui sont virtuellement en nous et qui se développent ou non en fonction des événements. Dans cette séquence, filmée par ailleurs dans la simplicité la plus pure (la mis en scène repose uniquement sur un texte et un acteur, tous deux exceptionnels), le spectateur est autant subjugué par la puissance des paroles que par la transformation radicale du comportement du personnage magistralement joué par Charles Laughton. C'est quasiment les larmes aux yeux, l'âme en tout cas au septième ciel, que le générique de fin apparaît. Après un tel tremblement de terre, le silence est d'or, tant la parole ne serait que vacuité. Autant qu'un vibrant plaidoyer à la grandeur de l'homme, Vivre libre est un film sur la transmission et la protection: protéger les générations futures par le charisme (l'enfant adhère à un propos s'il est admiratif vis-à-vis de celui qui le tient), sauvegarder un patrimoine culturel face à l'invasion d'un pays qui tient à imposer la sienne, toutes ces réflexions sont au coeur du récit. Il est également essentiel de saluer la performance "schizophrénique" de Charles Laughton: lâche et maladroit au début, il acquiert sur la fin une gravité, un charisme et une élégance insoupçonnée tant le spectateur est habitué à le voir camper un personnage frêle et sujet à moqueries.

Après La Grande Illusion, Jean Renoir nous fait une nouvelle fois l'apologie de l'humain en temps de guerre, sans pour autant aborder les mêmes sujets. En tout cas, il ne serait pas absurde de dire que nous tenons là, avec ces deux titres, deux des plus grands films français jamais réalisés.

10/10 

Partager cet article

Repost 0
Published by julien77140 - dans Les Incomparables
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Point Critique
  • Le Point Critique
  • : La longue élaboration de ce blog de critiques cinématographiques est le témoignage de ma passion pour le Septième Art. J'écris ces critiques davantage pour partager mon point de vue sur un film que pour inciter à le voir. Ainsi, je préviens chaque visiteur de mon blog que mes critiques peuvent dévoiler des éléments importants de l'histoire d'un film, et qu'il vaut donc mieux avoir préalablement vu le film en question avant de lire mes écrits.
  • Contact

Profil

  • julien77140
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.

Recherche

Archives