Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 21:55

http://image.toutlecine.com/photos/t/o/m/tomboy-tomboy-20-04-2011-20-04-2011-1-g.jpg

Découverte à la Cinémathèque française dimanche dernier, autrement dit bien après sa sortie en salle, cette petite perle rare m'est apparue dans toute sa cohérence esthétique et sa puissance thématique, et ce, d'autant plus, que la projection s'est suivie d'un débat avec la réalisatrice du film, Céline Sciamma (une figure très prometteuse du cinéma français, qui avait déjà attiré mon attention avec le superbe Naissance des pieuvres).
Le film ne s'embarrasse pas de considérations psychologiques (les motivations des personnages ne sont pas sur-signifiées, les explications hasardeuses ou clichées sont évincées) ou sociales (récit ancré dans un décor neutre de classe moyenne, sans discours de situations économiques qui seraient hors propos), comme si, pour raconter cette fable sur l'enfance, la cinéaste voulait retrouver un regard libre de tous préjugés, de toutes explications, un regard émerveillé face à la nature (Tomboy se laisse parfois aller à la contemplation), bref, tout simplement: un regard d'enfant (regard qui se retrouve jusque dans ses parti-pris formels). Aucune digression, aucune lourdeur, ne vient entâcher le propos: la cinéaste sait en dégager le coeur, en retrouver l'essence. Sur une base dramatique classique qu'il s'évertue à ne pas perdre de vue, Tomboy s'inscrit dans un mélange des genres toujours subtil, et surtout toujours au service de son histoire: le film emprunte autant au thriller (le thème de la double identité, le récit à rebondissements, la fatalité qui accable le héros) qu'au film de super-héros (normal avec sa famille, le personnage se métamorphose une fois à l'extérieur; l'héroïsation de ce personnage soumis à de multiples épreuves qu'il doit franchir) ou au film contemplatif (les quelques plans qui s'attardent sur la nature). Sur un plan purement cinématographique, strictement esthétique, Tomboy est une oeuvre très intéressante dans sa manière de questionner le regard du spectateur, de l'interroger sur ce qu'il voit. A cet égard, le premier quart d'heure est stupéfiant d'intelligence tant il nous invite confortablement avant de renverser la tendance en nous plaçant face à la fragilité de nos propres certitudes, de notre propre esprit sans cesse soumis au conditionnement. Même une fois la révélation passée, un doute persiste, un sentiment étrange, viscéral, que l'on pourrait appeler, comme le dit si bien l'auteur, un "vertige". Pour autant, si le scénario est porteur de thématiques graves et profondes, Céline Sciamma adopte un ton étonnament solaire, incroyablement doux. De ce fort contraste naît la plus grande qualité du film. Tomboy est un constat lucide des tourments de l'enfance autant qu'un témoignage d'amour à cette période de la vie: ce qui est beau dans ce film, c'est la confiance qu'accorde Céline Sciamma à l'enfance. En effet, il suffit de voir le cheminement de Laure, le personnage principal, mais aussi de ceux qui gravitent autour d'elle, pour se convaincre de l'intelligence et de l'humanité que la cinéaste leur confère: la petite soeur, qui à aucun moment ne trahit le secret; l'évolution de Lisa, qui, tout à la fois accepte, comprend, et excuse, laissant une possibilité à sa relation avec Laure de partir sur de nouvelles bases (en cela la fin, plutôt ouverte, est très émouvante, car Laure aussi apprend l'acceptation, celle de son identité). Tomboy est une transition dans la vie d'un être en trouble identitaire qui apprend à s'accepter tel qu'il est, même si le film manie l'ambiguïté aussi bien sur le plan de l'individu (Laure paraît bien plus naturelle avec des vêtements masculins: l'absurde naît quand elle porte la robe) que des rapports qu'il entretient avec les autres (le père, qui la traite presque comme un garçon; la jalousie plausible vis-à-vis du nouveau-né; l'histoire d'amour avec Lisa; le statut indécis de la mère). Il est aussi important de souligner la part de fatalité qui englobe le destin conté dans le film: Laure vit dans le présent, elle fait abstraction du fait que son mensonge a une durée de vie limitée (la rentrée des classes va nécéssairement dévoiler son secret), et témoigne d'un héroïsme certain en trouvant à chaque fois la solution pour franchir les obstacles. En cela, le récit s'affirme aussi comme un compte à rebours.

Tomboy est un film à la fois léger et troublant. Céline Sciamma puise ce qu'il y a de plus beau en l'humanité (le surpassement malgré la finitude programmée, l'acceptation de soi et des autres) et nous donne à voir un univers où les enfants évoluent par leur propre cheminement intérieur, sans intervention des parents. En somme, Tomboy, c'est l'apprentissage de la vie. C'est incroyablement simple, mais c'est surtout très beau.

8/10

Partager cet article

Repost 0
Published by julien77140 - dans Les Admirables
commenter cet article

commentaires

bobmorane75 19/01/2012 09:53

J'ai adoré la finesse de l'histoire, la réalisation subtile et l'extraordinnaire talent de la fillette. C'est juste émouvan en tout. Une petite merveille.

pierreAfeu 18/01/2012 13:38

Voilà une bien belle critique que je rejoins en tous points ! Un film riche, émouvant et beau.

Présentation

  • : Le Point Critique
  • Le Point Critique
  • : La longue élaboration de ce blog de critiques cinématographiques est le témoignage de ma passion pour le Septième Art. J'écris ces critiques davantage pour partager mon point de vue sur un film que pour inciter à le voir. Ainsi, je préviens chaque visiteur de mon blog que mes critiques peuvent dévoiler des éléments importants de l'histoire d'un film, et qu'il vaut donc mieux avoir préalablement vu le film en question avant de lire mes écrits.
  • Contact

Profil

  • julien77140
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.

Recherche

Archives