Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 10:41

http://spielbergonline.ru/wp-content/uploads/the-sugarland-express-1974/4ce19b500cb0d.jpg

Steven Spielberg réalisa ce film atypique, véritablement à part dans sa carrière, en 1974, à savoir entre deux des plus grand chef-d'oeuvres de sa carrière: Duel et Les dents de la mer.
Pour la seule et unique fois de sa longue filmographie, Spielberg s'intéresse au road-movie, genre par excellence du cinéma américain. A partir d'un fait divers d'une rubrique de journal, Spielberg tisse son récit, et l'inscrit dans une veine tragi-comique. Les deux personnages principaux qu'il met en scène sont encore des enfants, totalement immatures, comme déconnectés de la réalité: ils se mettent en tête de récupérer leur enfant, qui a été adopté. Ainsi, quand ils se retrouvent embrigadés dans une course-poursuite totalement disproportionnée (des centaines de voitures de police, venus des quatre coins des Etats-Unis, les prennent en chasse!), un décalage humoristique se crée, remarquablement illustré par une mise en scène il faut le dire assez habile (même si l'on a perdu l'intensité de Duel). Si son film semble radicalement différent de tous ceux qui suivront, Spielberg confronte déjà l'insouciance à la violence de la société, la douceur de l'imaginaire à la dureté de la réalité. Sugarland express est l'oeuvre d'un révolté, d'un homme qui n'hésite pas à pointer du doigt les disfonctionnements de l'autorité sociale. Tout du long, les policiers nous sont montrés de façon presque grotesque. Seul le chef semble conscient d'une issue fatale qu'il conviendrait d'éviter, mais, prisonnier d'un système, il devra faire le choix de trahir son humanité. La tonalité absurde du film s'en trouve renforcée lorsque le couple devient un véritable phénomène de société, que les gens les accueillent comme des célébrités. Goldie Hawn est extraordinaire de naturel, de légèreté, dans la peau d'une jeune femme sexy et totalement insouciante: c'est elle qui mène la danse de ce film attachant. Alors, oui, Sugarland express souffre sûrement d'un quart d'heure de trop, mais la façon extraordinairement décalé dont Spielberg filme une histoire tragique (sauf la fin, qui prend la forme d'un brusque retour à la réalité) démontre tout le potentiel du jeune homme.

Road-movie tragi-comique, Sugarland express fait partie de ce genre de films qui ne marque pas forcément une vie, mais dont l'on conserve tout de même quelques images: le visage de Goldie Hawn, déjà, mais aussi ces plans atypiques où l'on voit les fuyards poursuivis par une horde de voitures de police.

7/10

Partager cet article

Repost 0
Published by julien77140 - dans Les Admirables
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Point Critique
  • Le Point Critique
  • : La longue élaboration de ce blog de critiques cinématographiques est le témoignage de ma passion pour le Septième Art. J'écris ces critiques davantage pour partager mon point de vue sur un film que pour inciter à le voir. Ainsi, je préviens chaque visiteur de mon blog que mes critiques peuvent dévoiler des éléments importants de l'histoire d'un film, et qu'il vaut donc mieux avoir préalablement vu le film en question avant de lire mes écrits.
  • Contact

Profil

  • julien77140
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.

Recherche

Archives