Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 12:09

Collection Christophe L.

Unique cinéaste à révolutionner chaque genre auquel il touche, Stanley Kubrick s'intéresse au film d'horreur avec ce Shining qui ne déroge pas à la règle. 
Dans Shining, Stanley Kubrick démontre sa capacité à créer du malaise en combinant tous les éléments nécessaires à instaurer le climat si particulier qui hante le film. Le réalisateur de Barry Lyndon se sert du décor (les longs couloirs de l'hôtel, le labyrinthe) pour régir sa mise en scène: il utilise ainsi les mêmes travellings avant d'une limpidité surnaturelle pendant tout le film, parfois même jusqu'au vertige. Filmée de cette façon, l'immensité des décors et des paysages provoque un sentiment quasi claustrophobique, une sensation de solitude infinie. Même si le scénario tient la route, l'intérêt n'est pas là car Shining s'envisage avant tout comme un pur exercice de style: la vision du monde du cinéaste s'efface quelque peu au profit d'une recherche esthétique définitive pour susciter l'angoisse. Kubrick dirige de main de maître ses acteurs: le jeune Danny Loyd est exceptionnel, mais c'est surtout le jeu ahurissant de Jack Nicholson qui fascine. Dans un rôle d'hystérique et de fou à lier, il confirme sans mal qu'il est l'un des plus grand acteurs de son temps. Si l'évolution narrative est prévisible, Kubrick n'a pas son pareil pour traduire cette progression par petites touches apparemment anodines, qui font tendre le récit vers l'horreur pure et simple. Shining est un film éprouvant par sa capacité à conjuguer une interprétation démente, une musique criarde, une photographie intensément lumineuse, et des mouvements de caméra d'une limpidité psychotique, qui se répètent avec la régularité d'un métronome.

S'il ne fait preuve d'aucune subtilité (musique omniprésente, violence frontale...), Shining est un film plein de bruit et de fureur, un traumatisme cinématographique traversé de fulgurances symboliques terrifiantes, qui hantent le spectateur longtemps après la projection. Encore une fois, Kubrick révolutionne un genre, en prouvant que pour, susciter l'horreur, tout est affaire de mise en scène.

9/10



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le Point Critique
  • Le Point Critique
  • : La longue élaboration de ce blog de critiques cinématographiques est le témoignage de ma passion pour le Septième Art. J'écris ces critiques davantage pour partager mon point de vue sur un film que pour inciter à le voir. Ainsi, je préviens chaque visiteur de mon blog que mes critiques peuvent dévoiler des éléments importants de l'histoire d'un film, et qu'il vaut donc mieux avoir préalablement vu le film en question avant de lire mes écrits.
  • Contact

Profil

  • julien77140
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.

Recherche

Archives