Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 17:01

Classique instantané du film noir, The servant se distingue comme une oeuvre hors normes par sa capacité miraculeuse à conjuguer avec brio l'intelligence d'un scénario parfait à la beauté d'une mise en scène d'orfèvre.
Dans The servant, Joseph Losey offre une leçon de mise en scène: sa capacité à gérer la substance du récit, à conserver l'attention du spectateur, sans beaucoup changer de cadre spatial; sa manière subtile de créer une tension sourde, une atmosphère sombre, en jouant notamment magistralement sur les reflets dans un miroir ou les jeux d'ombres; et enfin sa direction d'acteurs parfaite, font de cette réalisation un modèle de maîtrise. Ecrit par Harold Pinter, le scénario n'en finit pas de torturer l'esprit du spectateur après la projection. L'intelligence du traitement des thèmes, et le cynisme sans concession du récit font de l'histoire de The servant un moment particulièrement marquant. Passionnante étude psychologique du pouvoir, du rapport ambigu dominant-dominé, de la lutte des statuts sociaux, de la dépendance et de l'humiliation, peinture fine et brutale de la déchéance, The servant baigne dans une atmosphère angoissante, malsaine, indistincte, à la fois poisseuse et érotique, basée sur les non-dits et la manipulation. Dans le rôle-titre, Dirk Bogarde est exceptionnel, il apporte toute cette ambivalence au personnage du domestique, avec élégance et cynisme, sang-froid et violence sourde. Si James Fox ne rivalise pas, il reste convaincant dans la peau du maître superficiel, et qui, n'ayant rien à quoi se raccrocher pour s'en sortir, se laisse manipuler et assiste à sa déchéance progressive. Sarah Miles, parfaite en compagne de Dirk Bogarde, apporte cette touche de sensualité exacerbée, de charme vénéneux, d'attrait sexuel dangereux, qui contraste avec le rôle frigide et fragile de Wendy Craig et amplifie le malaise ressentit tout au long du film.

The servant fait partie de ces films noirs majeurs qu'il faut avoir vu, au même titre que Le troisième homme. La densité d'un propos éminemment social allié à la perfection de la mise en scène font de ce long-métrage de Joseph Losey un véritable bijou.

 9/10



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le Point Critique
  • Le Point Critique
  • : La longue élaboration de ce blog de critiques cinématographiques est le témoignage de ma passion pour le Septième Art. J'écris ces critiques davantage pour partager mon point de vue sur un film que pour inciter à le voir. Ainsi, je préviens chaque visiteur de mon blog que mes critiques peuvent dévoiler des éléments importants de l'histoire d'un film, et qu'il vaut donc mieux avoir préalablement vu le film en question avant de lire mes écrits.
  • Contact

Profil

  • julien77140
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.

Recherche

Archives