Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 14:41
Mars Distribution

Film emblématique d’un cinéma italien à son apogée, Nous nous sommes tant aimés est l’une des œuvres majeures d’Ettore Scola. Un film d’une densité, d’une émotion et d’une authenticité comme on en fait (presque) plus aujourd’hui.
 Fortement porté par son sujet, Scola l’illustre à merveille : la mise en scène est élégante, inspirée, poétique, généreuse et respectueuse de ses personnages, dans la lignée des grandes œuvres du cinéma italien. Le beau travail exercé sur la photographie renforce l’esthétique envoûtante adoptée par le cinéaste, qui mêle réalisme social, théâtralité et poésie. Les meilleures idées de mise en scène, qui soutiennent magistralement l’état d’esprit des situations, sont d’ailleurs très subtilement empruntées au théâtre : les monologues du personnage de Nino Manfredi alors qu’il est entouré de nombreux personnages qui sont supposés l’entendre renforce l’aspect comique, le jeu des pensées qui conversent et s’entremêlent dans un superbe ballet de sentiments (notamment dans la scène entre Antonio et Luciana au cinéma) embellie l’émotion. Nous nous sommes tant aimés, c’est avant tout une superbe histoire d’amours et d’amitiés, au plus près des êtres confrontés aux aléas de la vie et au temps qui passe, avec, pour toile de fond, une peinture désenchantée de la société italienne contemporaine. Mais le film d’Ettore Scola va beaucoup plus loin dans sa réflexion, allant même jusqu’à poser des questions essentielles telles que la manière de concilier ses idéaux avec sa vie sociale et intime. Alors que certains font le choix de l’aisance et du conformisme, d’autres persévèrent dans la défense de leurs idéaux, à tout prix. Le film comporte une dimension politique très forte : les personnages principaux sont tous attachés aux idées de justice, de solidarité et d’égalité sociale indispensable à une société devenue trop inégale et individualiste : Nous nous sommes tant aimés se présente comme une ode aux classes populaires, où la solidarité et l’honnêteté prédominent, et, par opposition, comme une critique des classes sociales riches, gangrenées par la corruption de l’argent et destinées à une éternelle solitude. Portrait d’une génération qui a vécu la guerre, le long-métrage montre le climat d’euphorie et de rêve illusoire qui règne à cette époque de retour du front, où la vie semble s’ouvrir sur d’autres horizons. Le réalisateur évite les clichés et ne tombe jamais dans le manichéisme, malgré le regard plein d’ironie porté sur les riches. Ainsi, même Gianni dévoile une faille, une humanité à la fin. De plus, Ettore Scola nourrit son récit d’une déclaration d’amour au cinéma italien qui ne peut laisser insensible, plus particulièrement aux films de Vitorio de Sica, qui apparaît dans le film, ainsi que Frederico Fellini en plein tournage de La Dolce Vita. Nous nous sommes tant aimés présente donc une histoire dense et profonde, mais ce qui étonne le plus, c’est le soin maniaque apporté aux personnages, des principaux jusqu’aux moindres seconds rôles ; on sent qu’Ettore Scola aime ses personnages, il tente de les comprendre, les sonde au plus profond. Ainsi, la femme de Gianni, l’un des seconds rôles du film, est à l’origine d’une réflexion intense sur l’incommunicabilité entre les êtres, l’ouverture au monde que représente la culture, ou encore le fait d’aimer d’un amour non réciproque. La distribution est exceptionnelle : Stefania Sandrelli irradie dans le rôle de Luciana, Vittorio Gassman est parfait ainsi que Stefano Satta Flores, et Giovanna Ralli est touchante dans le rôle de la femme de Gianni, mais, au final, c’est Nino Manfredi qui sort du lot, livrant une composition prodigieuse, aussi jubilatoire dans les séquences comiques qu’intense dans les séquences les plus dramatiques.

 De la première à la dernière image, Nous nous sommes tant aimés apparaît comme une combinaison miraculeuse entre humour et drame, satire et mélancolie, passion et poésie. Une grande œuvre, assurément.

9/10


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le Point Critique
  • Le Point Critique
  • : La longue élaboration de ce blog de critiques cinématographiques est le témoignage de ma passion pour le Septième Art. J'écris ces critiques davantage pour partager mon point de vue sur un film que pour inciter à le voir. Ainsi, je préviens chaque visiteur de mon blog que mes critiques peuvent dévoiler des éléments importants de l'histoire d'un film, et qu'il vaut donc mieux avoir préalablement vu le film en question avant de lire mes écrits.
  • Contact

Profil

  • julien77140
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.

Recherche

Archives