Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 12:42

http://static.cotecine.fr/tb/Affiches/350x0/LOUISE%20WIMMER.JPG

Par le regard à la fois si pudique et si généreux qu'il pose sur son personnage principal (et par extension, son actrice), le réalisateur Cyril Mennegun, dont c'est le premier film, retrouve l'ampleur humaine et émotionnelle de l'oeuvre de John Cassavettes. Ici, le portrait de femme l'emporte sur les considérations sociales.
La caméra, toujours à bonne distance, nous donne à voir une vraie figure de cinéma, un être humain dans toute sa complexité et ses contradictions: voir cette femme à l'apparence revêche, la voix grave, le visage crispé, évoluer dans un monde grisâtre et désespérant, notre monde, a quelque chose d'épique. Le personnage de Louise, c'est une force de la nature, qui encaisse les coups mais résiste, toujours, et qui, sous ses airs blasés et son comportement brut de décoffrage, cache une sensibilité, une fragilité et une soif de vie qui émeut profondément. C'est aussi un corps usé par les épreuves du quotidien, un corps humilié, misérable, réduit à se laver dans les toilettes d'un bar, mais, et c'est l'une des grandes forces du film, il nous est aussi montré comme un corps admirable de résistance, une enveloppe de laquelle s'échappe parfois une radieuse lumière, voire même une troublante sensualité. Tout au long d'un film qui porte son nom comme une sorte d'hommage, Louise Wimmer est une flamme qui, sans cesse, lutte pour ne pas s'éteindre. Sur sa traversée en solitaire bercée par les mélodies de Nina Simone, de multiples personnages gravitent: peu la comprennent, beaucoup l'abandonnent, mais, acharnée qu'elle est à conserver sa dignité, elle rejette leur compassion, résiste aux blessures intimes (la rencontre avec sa fille). Mennegun compose ainsi l'un des personnages les plus émouvants vus ces dernier temps au cinéma, une vraie figure de cinéma, transfigurée par un miracle: Corinne Masiero, actrice inconnue habituellement cantonnée aux seconds rôles, dont la performance (performance au sens d'un jeu toujours juste, à la fois puissant mais jamais dans la surenchère) dépasse tout ce que l'on aurait pu imaginer. Louise Wimmer est un film-guérilla, qui confère un visage, un corps, à toutes les victimes de ces temps difficiles que nous vivons. C'est un film grave, dur, mais résolument tourné vers la lumière, la vie. Ce n'est pas un film sur un système qui broie les individus, mais sur la manière dont ceux-ci y résistent: Mennegun filme ce souffle d'espoir et de vie, cette force de lutte qu'aucune société, aussi cruelle soit-elle, ne pourra jamais retirer à ceux qu'elle tente d'exclure. A cet égard, la fin est d'une beauté confondante, réussissant du même coup à éviter les écueils du misérabilisme et du happy-end: si elle n'a pas gagné la guerre, Louise a bien remporté une bataille. Pour la première fois, ce visage éprouvé esquisse un sourire, une expression de sérénité. Et nous sommes à ses côtés, bouleversés, ébahis, renversés par la pureté d'un moment d'émotion comme le cinéma actuel nous en en réserve trop rarement.

Louise Wimmer encourage la nécessité de l'espoir et en cela nous fait retrouver l'essence même de l'être humain. La première fiction du documentariste Cyril Mennegun résonne comme une simplicité évidente, mais incontestablement magnifique.

9/10

Partager cet article

Repost 0
Published by julien77140 - dans Les Incontestables
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Point Critique
  • Le Point Critique
  • : La longue élaboration de ce blog de critiques cinématographiques est le témoignage de ma passion pour le Septième Art. J'écris ces critiques davantage pour partager mon point de vue sur un film que pour inciter à le voir. Ainsi, je préviens chaque visiteur de mon blog que mes critiques peuvent dévoiler des éléments importants de l'histoire d'un film, et qu'il vaut donc mieux avoir préalablement vu le film en question avant de lire mes écrits.
  • Contact

Profil

  • julien77140
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.

Recherche

Archives