Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 10:56

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcREeMOexdt8-RvqQFs8YVx0qt9PIH0LjEm8hoMwBqPeW5gYUP3Lsw

Avant son passage à la réalisation avec Accatone, Pier Paolo Pasolini écrivit le scénario des Garçons. Si Mauro Bolognini parvient à imposer sa patte, l'influence du futur maître plane bien évidemment au-dessus de ce film.
Soutenu par un casting féminin d'une beauté rare (Elsa Martinelli, Rosanna Schiaffino, Anna-Maria Ferrero ou encore Mylène Demongeot sont sublimes de sensualité exacerbée), le trio d'acteurs principaux reste inégal: si Laurent Terzieff est totalement à son aise, Jean-Claude Brialy n'est pas spécialement convaincant. Chronique d'un pays à une certaine époque, Les garçons est aussi, et peut-être avant tout, le portrait d'une jeunesse marginale profondément désenchantée. Les personnages principaux, traînant leur nonchalance inconsciente comme un fardeau existentiel, trompent l'ennui et le vide de l'existence en côtoyant les marginaux (les prostituées, les marchands d'armes), en brisant les traditions (ils font irruption lors d'un enterrement sans témoigner d'aucune considération, omnibulés par leur petit trafic), et en évoluant constamment dans l'illégalité, sans se soucier des conséquences: ce refus du trivial témoigne d'un déni du modèle social et d'une contestation de toutes les figures d'autorités. La volonté de vivre dans l'instant présent, sans retenir les leçons du passé, sans se projeter dans l'avenir, fait de chaque jour une aventure à part, de chaque aube une perpétuelle renaissance, un nouveau champ des possibles, où tous les acquis de la veille se sont envolés. Aveuglément guidé par la soif d'une vie imprévisible, libérée et dangereuse, le trio principal fait preuve d'une inconscience et d'un individualisme qui interpellent. L'argent, le sexe, et même l'amitié ou l'amour, ne sont que des moyens: dès qu'ils ne participent plus à cette quête d'aventure qui motive leur vie, tout est laissé à l'abandon, rejeté, détruit. Au départ, l'argent est l'objectif de leur virée dans la ville avec les prostituées: c'est ce qui motive tous leurs actes. Une fois acquis, il est totalement vulgarisé, aucun ne témoignant de considération pour sa "valeur". Toute la beauté     contradictoire de leur quotidien se révèle ainsi dans son plus simple appareil: chaque jour est motivé par la tentation d'une ascension, mais c'est d'eux-même qu'ils provoquent leur chute, préfigurant un lendemain où tout repart à zéro. 

Bien que méconnu dans le cinéma italien, Les garçons est un film très intéressant par le portrait qu'il dresse d'une marginalité qui ne se laisse ni dominer ni attendrir. La démonstration est peut-être un peu répétitive dans sa structure, mais l'ensemble est d'une étonnante justesse.

7/10


Partager cet article

Repost 0
Published by julien77140 - dans Les Admirables
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Point Critique
  • Le Point Critique
  • : La longue élaboration de ce blog de critiques cinématographiques est le témoignage de ma passion pour le Septième Art. J'écris ces critiques davantage pour partager mon point de vue sur un film que pour inciter à le voir. Ainsi, je préviens chaque visiteur de mon blog que mes critiques peuvent dévoiler des éléments importants de l'histoire d'un film, et qu'il vaut donc mieux avoir préalablement vu le film en question avant de lire mes écrits.
  • Contact

Profil

  • julien77140
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.

Recherche

Archives