Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 12:09

http://www.gralon.net/cinema/affiche/film-les-acacias-192974.gif

A l'instar de la mouvance menée par les jeunes générations en Australie, le nouveau cinéma argentin perce à l'international, avec des succès comme Dans ses yeux et donc ce film de Pablo Giorgelli, intitulé Les acacias, caméra d'or au dernier festival de Cannes.
Avec ce récit resserré dans le temps (un voyage en camion pour rejoindre un point A à un point B) et l'espace (l'espace confiné de l'habitacle du camion), qui permet le rapprochement de personnages antagonistes, Pablo Giorgelli tisse une fable incroyablement fine et pudique sur les relations humaines. Bien que gouverné selon une trajectoire prévisible, Les acacias ne fait jamais dans la démonstration, dans le pathos ou l'académisme: plus qu'un film d'une simplicité désarmante, Les acacias est un modèle d'épure cinématographique. Le cinéaste prend son temps pour faire évoluer les sentiments de ses protagonistes, et il a le bon goût de nous épargner les fioritures: le récit se focalise sur l'instant présent (le passé des personnages est à peine esquissé, si ce n'est pour montrer qu'ils sont tous cabossés par la vie), les dialogues sont réduits au minimum (ici, le lien naît des regards et des expressions faciales, qui se décrispent progressivement), et il suffit d'une situation pour comprendre l'état d'esprit d'un personnage (les pauses cigarettes de German de Silva soulignent quand il est tendu ou énervé). Pour mettre en lumière toute la dimension du travail d'épure orchestré par Giorgelli, il suffit de remarquer que plus de la moitié du film tient dans le même champ/contre-champ dans la cabine du camion. Et malgré cela, le film n'ennuit pas. Il faut dire que les acteurs sont d'une telle justesse qu'ils captivent le spectateur: au passage, même le bébé est d'une puissance désarmante (son regard lumineux et ses expressions de visage sont de vrais moments d'émotion).

Le seul mot qui vient à l'idée en visionnant ce film: épure. Que ce soit dans la mise en scène, le récit, la finesse des personnages ou l'interprétation, tout est réduit à sa plus simple expression, pour ne retenir que l'essentiel: la naissance d'un amour entre deux êtres maltraités par la vie. Un beau film, simple, juste, et touchant.

7/10

Partager cet article

Repost 0
Published by julien77140 - dans Les Admirables
commenter cet article

commentaires

lauraoza 15/02/2012 22:27

En effet, l'histoire est banale et touchante à la fois. J'en ai fait aussi une bonne critique http://www.lauraoza.com/2012/02/les-acacias-un-film-de-pablo-giorgelli.html

Je suis d'accord avec toi pour dire que l'on ressent bien le moment présent, sans aucune fioriture... c'est brut et touchant. A voir !

bobmorane75 19/01/2012 09:49

C'est tellement épuré que je m'en suis ennuyé. Certes, tout ce que tu dis est vrai, mais ça m'a paru durer une éternité...

Présentation

  • : Le Point Critique
  • Le Point Critique
  • : La longue élaboration de ce blog de critiques cinématographiques est le témoignage de ma passion pour le Septième Art. J'écris ces critiques davantage pour partager mon point de vue sur un film que pour inciter à le voir. Ainsi, je préviens chaque visiteur de mon blog que mes critiques peuvent dévoiler des éléments importants de l'histoire d'un film, et qu'il vaut donc mieux avoir préalablement vu le film en question avant de lire mes écrits.
  • Contact

Profil

  • julien77140
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.

Recherche

Archives