Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 10:28

http://1.bp.blogspot.com/-Re15vNNMZHk/Tdu14Gadu5I/AAAAAAAAADw/_Ut15IriD6k/s1600/kaboom.jpg

Le cinéma de Gregg Araki m'étant totalement inconnu, ou presque (j'ai vu Mysterious skin, qui ne m'a pas vraiment emballé), c'est sans aucun préjugé, aucune arrière-pensée, que je me suis plongé dans l'univers de Kaboom.
Ce qui attire l'attention, et ce, du premier plan au dernier, c'est l'originalité du travail esthétique. Araki use d'un montage éffréné, d'une réalisation énergique et colorée qui électrise littéralement le spectateur. Si le teenage movie reste la colonne vertébrale du récit par l'humour décomplexé qui s'en dégage, Kaboom opère un mélange de genres ultra-codifiés (le surnaturel, l'onirique, la théorie du complot): Araki s'autorise tout, il pousse les clichés de chaque genre dans leur dernier retranchement, et c'est dans la masse informe obtenue, résultante du mélange, que réside la tonalité subversive. En plus d'imbriquer des blocs les uns dans les autres, le récit s'organise autour de rupture, dont la plus radicale s'opère sans nul doute dans dix dernières minutes d'outrance, au ridicule assumée car volontaire, qui démultiplient la tonalité gaggesque du film. Par l'atmosphère étrange et sensuelle qui s'en dégage, il est important de relier ce film avec le cinéma surréaliste (outre le clin d'oeil au Chien andalou de Bunuel, le récit emprunte cette volonté de discontinuité chère au mouvement), et à son descendant, David Lynch. Araki présente le monde estudiantin comme un immense bordel, où, en gros, tout le monde baise, mais personne n'est capable d'aimer (l'amour n'est même plus l'objet d'une quête, il est purement et simplement nié). Les corps totalement décomplexé qu'il nous donne à voir semblent illustrer une sexualité où la frontière entre homo et hétéro n'existeraient plus. Si les penchants homosexuels du cinéaste font partie intégrante du film, celui-ci a néanmoins le bon goût de filmer aussi les femmes avec un certain désir. De cette galerie de personnages, une jeune femme se démarque: Juno Temple, en nympho sexy et totalement décalée. Assimilant sexe et paranoïa, Kaboom confronte l'Amérique puritaine face à ses propres hantises (le sexe débridée, les dérives sectaires, la crainte de la fin du monde). 


Kaboom est un joyeux bordel filmique de la part d'un auteur qui de manière très personnelle, réfléchit sur le cinéma américain. De cette transgression électrisante des codes, le film opère la parodie ultime dans sa conclusion: et oui, la fin du monde fait rire...

7/10

Partager cet article

Repost 0
Published by julien77140 - dans Les Admirables
commenter cet article

commentaires

pierreAfeu 24/01/2012 13:55

Kaboom est un joyeux bordel très organisé, pour le plus grand plaisir des spectateurs. Par contre, je m'insurge comme Phil Siné que tu n'aies pas apprécié Mysterious skin à sa juste valeur... c'est
juste l'un de mes films préférés des années 2000.

Phil Siné 22/01/2012 15:02

quoi tu n'as pas aimé "mysterious skin" ??!! ce film m'a bouleversé...
quant à "kaboom" c'est clair qu'il est bien cool et bien fun ! :)

julien77140 22/01/2012 19:05



Non, en soi, Mysterious Skin n'est pas un mauvais film mais bon... j'en attendais peut-être trop car la déception fut totale ! Je ne saurai dire pourquoi, mais je ne me suis pas senti
emporté... 



CHRISTOPHE LEFEVRE 21/01/2012 12:58

Un film qui m'a fait beaucoup rire. Il faut que je remette en ligne mon article publié sur mon ancien blog :)

julien77140 21/01/2012 14:00



Oui, Kaboom est hilarant, même si, entre les lignes, le propos est plutôt sombre.



Présentation

  • : Le Point Critique
  • Le Point Critique
  • : La longue élaboration de ce blog de critiques cinématographiques est le témoignage de ma passion pour le Septième Art. J'écris ces critiques davantage pour partager mon point de vue sur un film que pour inciter à le voir. Ainsi, je préviens chaque visiteur de mon blog que mes critiques peuvent dévoiler des éléments importants de l'histoire d'un film, et qu'il vaut donc mieux avoir préalablement vu le film en question avant de lire mes écrits.
  • Contact

Profil

  • julien77140
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.

Recherche

Archives