Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 14:54


Jean Renoir s'est imposé comme un cinéaste d'envergure qui a fait le bonheur des cinéphiles. De toute sa filmographie, deux films en particulier se détachent, considérés et étudiés dans les écoles comme des oeuvres majeures du cinéma: La règle du jeu et La grande illusion. Là où le premier est, de manière assez inexplicable, très surestimé, le second se révèle bien à la hauteur de sa réputation.
Avec La grande illusion, Renoir aborde le film de guerre sous un angle totalement inédit, et donc révolutionnaire. En envisageant la barbarie guerrière uniquement sous le prisme de l'humain, il s'intéresse moins à ce qui sépare les personnages qu'à ce qui les lie: ainsi, l'histoire exprime davantage les notions de solidarité, de générosité et d'honnêteté que la cruauté, la violence ou la crasse. C'est ce qui fait toute la beauté du film: à travers ce récit où la vie du camarade d'à côté compte autant que sa propre vie, Renoir ne cesse d'affirmer sa croyance en l'homme, de faire confiance en son humanité: il parvient à extirper de la noirceur du contexte ces petites étincelles d'humanité qui font toute la grandeur de l'homme. De cette façon, le cinéaste français fait de La grande illusion peut-être le film de guerre le plus humain réalisé. D'un autre côté, l'oeuvre majeure de Renoir est un manifeste d'une amertume poignante, souligné par un titre aux multiples interprétations. La grande illusion selon Renoir, c'est l'illusion d'une guerre qu'on croit être la dernière (l'illusion de la paix, en définitive, et à cet égard, le film, réalisé en 1937, apparaît comme prophétique) et qui n'est qu'un prélude autant qu'un déclencheur du terrible engrenage de barbarie qui explosera 20 ans après ; l'illusion d'hommes qui se rencontrent, se lient d'une forte amitié, et qui pensent se revoir après la guerre alors qu'ils continueront leur chemin, chacun de leur côté, inévitablement; l'illusion d'un homme qui promet à son amour de revenir la voir en Allemagne alors que le contexte les en sépare définitivement. Mais c'est aussi (et peut-être surtout, quand on connaît l'attachement du cinéaste à ce thème), l'illusion que les barrières de nationalité sont plus indéfectibles que les barrières de classe sociale. Dans La grande illusion, l'aristocratie et la classe moyenne ne savent pas comment mutuellement s'appréhender: chacun se côtoie innocemment dans un premier temps (la première partie, classique, où les prisonniers français s'unissent dans un seul et même but: s'évader); après la tentative ratée d'évasion, s'ils n'ont plus ce projet comme vecteur d'unité, et qu'ils savent pertinemment qu'ils sont différents (le dialogue entre Gabin et Fresnay), leurs amitiés sont soudés et ils se considèrent d'égal à égal (Fresnay qui défend ses camarades face à Von Stroheim): ce sont des compagnons de survie. Le rapprochement des classes est cependant inévitable: Fresnay et Von Stroheim s'admire, mais là où Von Stroheim est un haut-gradé hanté par ses déboires passés et par le déclin de l'aristocratie, Fresnay accepte la fin de sa classe sociale, et va jusqu'à se sacrifier pour ses amis, lui qui n'est pas du même monde qu'eux. Le récit s'orchestre en 3 parties: la première, plus légère et plus classique, et les deux autres, qui en constituent le coeur social et humain. Il se conclue d'une manière aussi inattendue que magistrale, soulignant aussi bien la fragilité d'une destinée humaine que la loyauté dont l'homme est capable de faire preuve.  

Plus qu'un film, La grande illusion fait partie de ces représentants de l'art qui réconcilie avec l'humain. Dans la simplicité, la pureté de sentiments aussi bien que dans la complexité des liens sociaux, c'est brillant, profond, et bouleversant.

10/10


Partager cet article

Repost 0

commentaires

CHRISTOPHE LEFEVRE 28/12/2011 23:46

Mes réalisateurs préférés sont Dreyer et Murnau, mais mon film préféré et La grande illusion... Une merveille

cheap essays 11/11/2011 05:55


Jean Renoir has emerged as a major filmmaker who is a delight for moviegoers. Of all his films, two films in particular stand out, be read and studied in schools as major works of cinema: The rule
of the game and the great illusion.


Présentation

  • : Le Point Critique
  • Le Point Critique
  • : La longue élaboration de ce blog de critiques cinématographiques est le témoignage de ma passion pour le Septième Art. J'écris ces critiques davantage pour partager mon point de vue sur un film que pour inciter à le voir. Ainsi, je préviens chaque visiteur de mon blog que mes critiques peuvent dévoiler des éléments importants de l'histoire d'un film, et qu'il vaut donc mieux avoir préalablement vu le film en question avant de lire mes écrits.
  • Contact

Profil

  • julien77140
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.

Recherche

Archives