Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 09:31

http://pmcdn.priceminister.com/photo/city-girl-edition-collector-de-friedrich-wilhelm-murnau-video-en-pre-commande-876809678_ML.jpg

S'il est bien un passage obligé pour tout cinéphile de ce nom, c'est d'aborder à un moment ou à un autre le cinéma muet, qui est au fondement même de l'art que nous côtoyons de nos jours. Alors, certes, pour une de mes premières incursions dans ce  type de cinéma, je n'ai pas choisi l'oeuvre la plus renommée, ni sûrement la meilleure, mais tout du moins une rareté qui mérite d'être redécouverte: City girl, le film de Murnau réalisé juste après L'aurore.
 Tout d'abord, ce qui interpelle, dans ce film réalisé au crépuscule du muet (1930), c'est sa modernité frappante. Aussi bien par ses thèmes que par son esthétique, City girl est un film qui n'a pas pris une ride ! A travers cette histoire d'amour classique, Murnau confronte la ville, étouffante et impersonnelle, où la nature n'a pas sa place (la plante d'appartement agonisante de Kate, qui tente de s'évader du monde urbain en écoutant les sonorités d'un oiseau mécanique), à la campagne, où les champs de blé s'étendent à perte de vue. Seulement, les hommes de la campagne sont aussi agressifs envers Kate qu'à la ville (à la campagne, les saisonniers la désire pour son corps, le père de Lem la méprise; à la ville, on lui donne des ordres, on l'ignore, on se plaint envers elle de la médiocrité de la nourriture: bref, où qelle soit, elle est soumise à la volonté des hommes). En cela, le réalisateur de L'aurore montre que les comportements absurdes sont plus une question de nature humaine que d'influence par le milieu. Ainsi le brusque changement d'état d'esprit du père à la fin à de quoi faire sourire, mais il paraît que les studios s'en sont mêlés... La mise en scène est une splendeur telle que, alors qu'il faut le rappeler nous sommes à l'avènement du parlant, Murnau ne se sent même pas obligé d'aligner les cartons de dialogue. Le cinéaste pousse l'esthétique du muet à un tel point d'incandescence que les images se suffisent à elle-même: la précision documentaire des séquences de moisson et la beauté irréelle de plans nocturnes qui baignent dans de magnifiques éclairages sont autant de démonstration d'un cinéaste en plaine maîtrise de son art. Et que dire de ce travelling quand le couple arrive à la ferme en courant et en sautant de joie dans les chmps de blé: en un seul plan, Murnau invente une esthétique, créant un dynamisme, une immersion, une puissance évocatrice totalement bluffante. Comme quoi, la qualité d'une oeuvre réside aussi beaucoup dans ses détails... A noter la très bonne tenue du nouvel accompagnement musical de Christopher Caliendo.

Dans son soin apporté à l'esthétique et à l'atmosphère de ce microcosme de paysans oeuvrant dans les champs de blé, l'on comprend parfaitement que City girl a du être un véritable objet de fascination pour Terrence Malick, tant Les moissons du ciel s'en est inspiré. Une pépite méconnue, à redécouvrir pour comprendre que les germes du cinéma contemporain étaient déjà là.

8/10

Partager cet article

Repost 0
Published by julien77140 - dans Les Admirables
commenter cet article

commentaires

CHRISTOPHE LEFEVRE 21/01/2012 12:57

Murnau, mon réalisateur préféré avec Dreyer ! Un magnifique film, dont les thèmes et l'esthétique ont évidemment beaucoup inspiré Les moissons du ciel... En plus, on bénéficie enfin en France d'une
belle édition DVD, grâce à Carlotta

julien77140 21/01/2012 13:59



Je découvre en ce moment Murnau, et c'est peu de dire qu'il me fascine littéralement ! Je viens d'enchaîner City girl, L'aurore et Le dernier des hommes, et les deux
derniers ont marqué à jamais mon parcours de cinéphile (je vais très rapidement leur consacrer un article). 



Présentation

  • : Le Point Critique
  • Le Point Critique
  • : La longue élaboration de ce blog de critiques cinématographiques est le témoignage de ma passion pour le Septième Art. J'écris ces critiques davantage pour partager mon point de vue sur un film que pour inciter à le voir. Ainsi, je préviens chaque visiteur de mon blog que mes critiques peuvent dévoiler des éléments importants de l'histoire d'un film, et qu'il vaut donc mieux avoir préalablement vu le film en question avant de lire mes écrits.
  • Contact

Profil

  • julien77140
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.
  • Depuis très jeune, l'art est omniprésent dans ma vie: cinéma, musique, littérature... Je suis depuis toujours guidé par cette passion, et ne trouve pas de plaisir plus fort que de la partager et la transmettre aux autres.

Recherche

Archives